20 minutes : « Un collectif d’habitants s’oppose aux démolitions programmées lors des travaux »

La démolition du parking-silo 5 a donné le coup d'envoi des travaux d'aménagement du quartier. M. PAVARD / PLEINS TITRES / 20 MINUTES

La démolition du parking-silo 5 a donné le coup d’envoi des travaux d’aménagement du quartier.
M. PAVARD / PLEINS TITRES / 20 MINUTES

Vendredi, la ville avait convié la population de la Villeneuve à fêter le début des travaux d’aménagement de l’Arlequin. Un vaste chantier de quinze à vingt ans, lancé par la destruction en cours du parking-silo 5. Celui-ci « sera remplacé par un nouveau parking et une surface commerciale, précise Jérôme Safar (PS), premier adjoint au maire. Cela donnera une meilleure visibilité de la Villeneuve vers l’avenue Marie-Reynoard et inversement. » Aux premières loges depuis sa fenêtre, André Béranger, habitant de longue date et membre du collectif Vivre à Villeneuve, n’a, lui, pas le coeur à la fête : « Au-dessus du parking, il y avait une école maternelle qui prenait le contre-pied des écoles casernes. » Son collectif a initié une pétition qui a recueilli 600 signatures en trois mois. « On s’oppose à cette mode de démolition et on veut une réhabilitation du quartier concertée. »
Mixité sociale Dans son viseur, la démolition du 50 et du 130 galerie de l’Arlequin.
« Cela fait 68 logements sur les 1700 de l’Arlequin et personne ne peut dire que c’est une découverte, tempère Jérôme Safar. On va créer une percée visuelle sur le parc, grâce à un mail piéton et automobile. L’objectif est de réhabiliter le parc social et d’avoir une vraie mixité sociale, alors que le rapport locatif-copropriété est aujourd’hui de 65-35. » « Cette percée sur le parc existe déjà, rétorque André Béranger. Une arche a été construite il y a dix ans. En plus, beaucoup de gens relogés n’ont pas trouvé mieux ailleurs. On préférerait que les logements sociaux le restent ou qu’on y mette des logements étudiants. On économiserait ainsi 6 millions d’euros, qui seraient mieux utilisés pour mettre des moyens dans l’éducation et la prévention. Et si on veut vraiment dépenser pour du bâti, il faudrait au moins écouter les habitants qui ont une vraie expertise. » Le collectif a d’ailleurs déposé un recours au tribunal administratif contre l’avis de démolition, qui ne serait pas soumis aux normes antisismiques.
Manuel Pavard

Cet article a été publié dans Articles presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s